Se déprogrammer

le

Ah, vous vous croyiez être libre de penser?

Savez-vous que 95% de nos pensées sont inconscientes? Elles sont pourtant bien présentes et guident nos comportements. Nos milliers de pensées quotidiennes prennent principalement leur source dans notre petite enfance et agissent telles une programmation bien huilée! Ainsi, au moment d’aider quelqu’un à porter un objet fragile, résonne en nous le : « tu es maladroit, je n’aurais jamais dû te confier ça » de notre enfance.

Une solution : la déprogrammation!

Une technique simple et imparable, consiste à se faire entrer dans le cerveau un nouveau répertoire d’idée positives et de compliments basés sur l’inverse de ce que l’on croit de soi. Là, on se lâche, on se dit tout ce que l’on rêve d’être et de faire!

« Je suis magnifique, j’ai du talent, je suis très aimé(e), je suis soutenu(e), habile, perspicace, j’ai une grande valeur aux yeux de tous, mon intelligence est exceptionnelle, mon courage est grand, ma prose est divine, etc. »

Écrire, puis prononcer ces mots le plus possible, chaque jour, le temps nécessaire pour retrouver le sourire, se sentir une nouvelle confiance en soi, voire peut-être s’effondrer des blocages.

Je vous entends d’ici croire que vous allez (vous) trahir, dire des mensonges sur vous… Mais non, car tout ce que vous avez entendu à votre sujet n’est pas vrai non plus! Par exemple, le plus jeune enfant s’entend souvent dire qu’il est maladroit car de fait, étant plus novice dans la vie, il n’est pas encore habile et son entourage peut s’en être servi pour se valoriser à ses dépends. C’est pas sympa, et en plus, c’est faux! Pourtant l’enfant qui continue à se le dire, entretien cette croyance et adopte le comportement de maladresse, inévitablement. Autres exemples de croyances héritées et tenaces ; « les hommes sont des lâches ou les femmes sont volages, la vie c’est dur, il ne faut compter sur personne, voyager c’est dangereux, ou encore, tu n’arriveras jamais à rien ». Ces phrases tournent en bouclent dans nos têtes et nous influencent énormément.

Ce que l’on a dans notre tête depuis l’enfance est plein de choses fausses, c’est pourquoi il est juste, de lui donner de nouvelles informations toutes belles toutes neuves, qui seront là pour compenser les premières. Retrouver la liberté de penser, c’est agir sur notre liberté d’être, d’être qui l’on est pour de vrai :)

Une autre méthode de déprogrammation plus aboutie et profonde ; l’E.F.T. (article prochainement)

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Emmanuel dit :

    C’est impressionnant de réaliser à quel point les petites phrases assassines que l’on se balance à soit même viennent avec facilité et le plus souvent pour des broutilles. Régulièrement je m’entend dire des : « suis con ou je le fais exprès, espèce de débile profond t’as encore paumé tes clés..etc… » Un auto-lavage de cerveau que je m’inflige dans une sorte d’inertie morose et tenace. C’est tout autant impressionnant de réaliser les réticences que l’on a à se dire et s’écrire des compliments. La première chose qui me vient à l’esprit c’est alors : « ça va, pas trop gonflées les chevilles? » pfff Oui mais à bien y réfléchir c’est certainement plus malin de s’enfler un peu les chevilles que de se tirer une balle dans le pied. C’est sur, c’est moins douloureux et on va plus loin :). Mon intellect et mon intuition sont d’accord pour me dire « vas y! dis toi des choses sympas et valorisantes! » Mais ces satanées culpabilité et auto-flagellation judéo-chrétiennes sont si bien ancrées que va falloir mettre le paquet pour s’en débarrasser. Se déprogrammer c’est en sorte se nettoyer la vie, faire peau neuve. Ces temps ci je me répète que chaque jour qui se lève est le premier jour du reste de notre vie. c’est géant non? Chaque jour qui se lève est le premier jour du reste de ma vie! Ca veut dire que devant moi il y a une vie vierge que je peux formater à ma guise! Hop! aux oubliettes les habitudes toutes pourries, par ici les habitudes positives et constructives. Faut « juste » arriver à filtrer sa mémoire et aussi faire disparaitre le filtre plein (faire la part des choses). Bref faut que et y’a qu’a :). Et bien comme je suis quelqu’un de bien, d’intelligent, de gentil, de doué etc :) ;) je vais y arriver.

    J'aime

    1. Lia dit :

      Bonjour,
      Oui, tout est dans le « y a qu’à », finalement. Autrefois, on pouvait buter sur les « comment » y arriver, désormais c’est sur les « yaka »!Le progrès est grand, mais il demande encore notre participation!

      J'aime

  2. Solo dit :

    Lu et Approuvé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s